Comité Écologique du Grand Montréal - Logo

Boisé-de-Saint-Sulpice

Un vestige d'une autre époque...

Le parc du Boisé-de-Saint-Sulpice, situé dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, abrite le reliquat du grand domaine forestier légué par les Sulpiciens et a échappé à l’urbanisation jusqu’au début des années 1950, où sa surface avoisinait encore 167 hectares...

Au fil des ans, cette forêt a connu plusieurs transformations et amputations au profit du développement urbain et le boisé que nous connaissons aujourd’hui n’est plus qu’un vestige fortement enclavé dans la trame urbaine. De plus, ses peuplements sont contaminés par plusieurs espèces exotiques envahissantes constituant une menace sournoise pour le maintien de sa biodiversité.

Dernier espace vert à caractère naturel dans un rayon de trois kilomètres, le Boisé-de-Saint-Sulpice représente un endroit essentiel pour l’avifaune en migration de par sa  localisation géographique dans le corridor Kahnawake – Piedmont. En effet, malgré la très petite taille de ce boisé, les ornithologues amateurs ont pu y observer 121 espèces d’oiseaux en l’espace de 15 ans. Ce milieu n’a donc rien à envier aux autres espaces boisés protégés sur le territoire de l’île de Montréal.

Toutefois, bien qu’il soit déjà dans un parc, sa faible superficie (7 hectares) en fait un site fragile subissant d’énormes pressions en raison de la proximité de deux très grandes institutions et de l’activité qu’elles génèrent (CÉGEP Ahuntsic et le Complexe sportif Claude-Robillard) sans oublier celles des résidants d’un secteur très résidentiel (Domaine de Saint-Sulpice) de l’arrondissement.

Cette ressource est très utilisée par les citoyens habitant et travaillant en périphérie, ainsi que par les ornithologues amateurs, il était donc urgent d’assurer sa protection et sa conservation sur le plan de l’intégrité écologique et d’optimiser son efficacité à préserver la diversité biologique de notre patrimoine naturel tel un véritable musée vivant à ciel ouvert.

À ce jour, le boisé a survécu au développement urbain mais cette survie est précaire. C’est pourquoi un plan d’action pour la protection, la conservation et la mise en valeur du Boisé-de-Saint-Sulpice a été développé pour les générations actuelles et futures.


Ce projet a été désigné finaliste des Phénix de l'environnement 2012 dans la catégorie « Mise en valeur, protection ou aménagement responsable des écosystèmes ».



Le milieu naturel est dorénavant protégé à perpétuité grâce à la signature d'une entente de conservation entre l'arrondissement, le CEGM et la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement.



La friche jouxtant le boisé est en cours d'inscription au programme Monarch Watch de l'Université du Kansas.